7 mars 2021

Mort de l’Afrique : les grands éléphants s’éteignent

Tim était l’un des derniers éléphants aux défenses géantes.
Il est mort au Kénya, vers le Kilimandjaro, le 4 février 2020, de mort naturelle âgé de 50 ans.

Il n’existe plus dans le Monde que quelques dizaines d’éléphants aux défenses touchant le sol. Les braconnier en font leur cible privilégiée. En conséquence les éléphants actuels ont de plus petites défenses qu’il y a un siècle.

Ces dix dernières années, le nombre d’éléphants africain a chuté de 110.000 unités pour n’atteindre plus que 415.000 spécimens. Chaque année ce ne sont pas moins que 25.000 éléphants qui sont victimes du braconnage, soit pas loin d’une centaine par jour. Les pays asiatiques sont les destinataires de ce trafic de l’ivoire, la Chine et Hong Kong en premier avec plus de 20 tonnes fournis chaque année. Si rien n’est fait, il va disparaître de nouvelles régions dans les prochaines décennies.

Il y avait entre 3 à 5 millions d’éléphants au début du XXe siècle,
soit dix fois plus qu’aujourd’hui.

On sépare depuis peu, deux espèces d’Eléphants d’Afrique, néanmoins, bien qu’il soit désormais souvent nommé « Eléphant de savane d’Afrique », on parle bien en général de la bonne espèce lorsqu’on discute de l’Eléphant d’Afrique, s.str. Il se distingue de l’Eléphant des forêts (Loxodonta cyclotis) qui était auparavant traitée comme une sous-espèce du présent taxon.

On distingue du type, la sous-espèce pharaoensis qui est l’Eléphant Carthaginois. Celle-ci est éteinte et vivait au nord du Sahara depuis le Maghreb à l’embouchure du Nil. C’était un petit Éléphant qui plus docile, a su être domestiqué par les Carthaginois. Ce sont de tels Eléphants qu’Hannibal a emmené lors de sa traversée des Pyrénées et des Alpes en 219 av JC. Notons par ailleurs que les Eléphants de guerre des Grecs ou des Séleucides étaient des Eléphants d’Asie. Ils ont été introduits provisoirement en Sicile au cours de l’Antiquité. Ils semblent avoir disparu quelques décennies après la conquête romaine de l’Afrique du Nord dans l’Antiquité. Les changements climatiques, la chasse ainsi que leur utilisation dans les jeux du cirque semblent avoir été les causes de leur disparition.

L’Eléphant d’Afrique est le plus grand des Mammifères terrestres. Le mâle pèse jusqu’à 8 tonnes et la femelle, 5 tonnes. Plus grand que l’Eléphant d’Asie, il mesure entre 3 et 4 m au garrot et sa longueur total est de 5-6 m.

©© bysa – Bamse – Wikimedia Commons
Répartition désormais très relictuelle de l’Eléphant d’Afrique

Sa répartition est devenue très relictuelle, en particulier au cours des récentes décennies. Ses populations sont en train de fondre et sont passées notamment de 450.000 individus en 2007 à 350.000 en 2014. Ils étaient 1,7 millions en 1979 et près de 20 millions avant la période de colonisation de l’Afrique. En Tanzanie ou au Mozambique, le braconnage a su décimer jusqu’à 50% des populations entre 2009 et 2014 ! Depuis les années 2000 l’espèce semble s’être reprise et est en augmentation. Elle a disparu du Burundi (années 1970), de la Gambie (en 1913) et de la Mauritanie (années 1980), soit dans l’Ouest de son aire de répartition. Vulnérable (VU 2008 UICN) cette espèce est en augmentation globalement car elle reprend ses effectifs dans quelques secteurs bien protégés.

Cette espèce est réputée avoir été introduite jadis en France, ce qui mérite recherche et confirmation !

Se rencontre dans les prairies, les marécages, les bords de fleuves et même certaines zones désertiques dans le Sahel par exemple. La maturité sexuelle est atteinte vers l’âge de 10 ans chez les mâles et de 11 chez les femelles, néanmoins certains individus attendent jusqu’à 20 ans pour ce fait. La gestation dure 670 jours. Ils doivent vivre jusqu’à plus de 65 ans dans la nature, néanmoins le record connu de longévité n’est que de 53-54 ans.

©© bysa – Charles J.Sharp – Bostwana le 13 mars 2018 – Wikimedia Commons