4 mars 2021

Le Cerf des Alpes un taxon disparu au XIXe siècle

Cette photographie de Lionel Tassan (©) empruntĂ©e Ă  l’Observatoire de la BiodiversitĂ© de la Savoie (shared) montre un Cerf en train de bramer en pays de montagne.

Lavauden (1932) prĂ©cise qu’il est vraisemble que le Cerf des Alpes constituait une sous-espèce gĂ©ographique particulière, Ă  bois relativement rĂ©duits. Mais aucun Ă©chantillon complet ne semble avoir Ă©tĂ© conservĂ©. Il s’agit d’un Cerf Ă©laphe (Cervus elaphus) particulier donc.

Le Cerf des Alpes a habité les forêts de feuillus et résineuses des moyennes montagnes des Alpes.

Des Cerfs ont encore Ă©tĂ© tuĂ©s encore après 1830 dans le Massif d’Allevard, dans la rĂ©gion de St Georges de Commiers et dans la chaĂ®ne de Belledonne au-dessus d’Uriage. Les Bauges forment le dernier asile de l’espèce en Savoie : tuĂ© en 1850 Ă  Thoiry et une biche tuĂ©e Ă  La Thuile, peu avant 1870. Il ne restait au moment de la disparition des Cerfs dans les Alpes, plus que quelques populations dans le Nord de la France.

Les rĂ©introductions se font Ă  partir des populations du Nord du pays et ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©es dans les Alpes françaises entre 1960 et 1970. Le retour naturel de l’espèce pourrait concerner la Maurienne, Ă  partir de populations naturelles d’Italie. En Tarentaise les introductions ont eu lieu entre 1967 et 1972 Ă  partir d’individus issus de Chambord. On donnait en 2006 près de 500 individus dans ce secteur alpin. Dans les Alpes-Maritimes les opĂ©rations de rĂ©introduction ont Ă©tĂ© Ă©talĂ©es entre 1954 et 1973.

Les surfaces occupées par les Cerfs en France ont plus que doublé entre les années 1980 et 2010 et dans les Alpes le phénomène est supérieur encore..