17 avril 2021

Animaux marins du Primaire : les Trilobites Ŧ

Les Trilobites (Trilobita Walch, 1771 Ŧ) sont des animaux marins de l’Ere Primaire classés parmi les Arthropodes. L’espèce donnée en entête est Monodechenella macrocephala (Dévonien moyen des Etats Unis – Wikimedia Commons).

Le nom de Trilobite provient du latin : « tri » et « lobus », ce qui se définit par les trois lobes qui composent ces animaux.

Il s’agit d’Arthropodes fossiles vivant au fond des eaux marines – espèces benthiques [1] – au cours de la totalité de l’ère primaire (Paléozoïque), soit du Cambrien au Permien. Ils apparaissent dès le Cambrien inférieur, il y a 525 Ma (notamment faunes de Burgess ou d’Ediacara). Ils se diversifient beaucoup au Cambrien (optimum de diversité au Cambrien supérieur). Ils auront plusieurs phases de régression, suivie de diversification. Les derniers Trilobites ont disparu lors de la Crise Permo-triasique il y a 250 Ma, mais dès le Permien ils étaient déjà un élément mineur de la faune marine. Certains disent qu’ils sont à la base des divers Arthropodes que nous connaissons : Crustacés (Cambrien), Scorpions (Silurien ; puis Araignées), Insectes (Dévonien), Myriapodes (Carbonifère). On distingue près de 18.750 espèces de Trilobites, réparties en 5.000 genres, ce qui en fait le groupe exclusivement fossile le plus diversifié. Leurs dimensions sont très variées et vont de 0,1 cm à 70 cm de long. La plupart mesurent entre 2 et 7 cm. Ce sont des prédateurs et pouvaient se nourrir de vers, mais certainement de bien autre chose vu la variation de leurs pièces buccales. On sait depuis 2017 qu’ils pondaient des œufs. Ceux qui ont été découverts sont de très petite dimension. Il devait au moins pour certaines espèces, s’agir d’animaux grégaires, voire sociaux : on les trouve fréquemment assemblés ou même à la queue-leu-leu. Leur carapace est composée de carbonate de calcium (CaCO3).

Ils ont une très vaste répartition géographique, et les espèces évoluant rapidement, ce sont de bons fossiles stratigraphiques notamment pour les périodes du Cambrien et du Dévonien. En France on en trouve dans les secteurs paléozoïques non métamorphisés, les plus ancien datant du Cambrien inférieur (Hérault, Aude, Aveyron).

©© bysa – Moussa Direct Ltd – Kainops invius ; Dévonien inférieur des Etats Unis – Wikimedia Commons

Diacalymene ouzregi (Destombes, 1966) Ŧ

©© by – James St John – Flickr
©© bysa – Cyrille Deliry – Histoires Naturelles
Collection personnelle

Cette espèce de l’Ordovicien supérieur (Ashgillien 458-443 Ma) se trouve dans des gisements du sud-est du Maroc. Elle appartient à la famille des Calyménidés Ŧ.


Liens externes

[1] – On pense que certaines espèces étaient pélagiques soit en nageant (necton), soit en se laissant déplacer (plancton). Certaines espèces nageaient près du fond : nectobenthiques.