28 janvier 2021

Un ChĂ©lonien terrestre en France : la Tortue d’Hermann

La Tortue d’Hermann (Testudo hermanni Gmelin, 1789) est un Reptile Quasi MenacĂ© (NT 2004 UICN) appartenant Ă  la famille des TestudinidĂ©s. – ©© byncsa – Philippe Gourdain – INPN©© byncsa – Philippe Gourdain – INPN

Chez cette espèce les femelles sont plus grandes que les mâles : elles mesurent jusqu’Ă  27 cm contre 24 pour les mâles ; elles pèsent jusqu’Ă  4 kg. Les population occidentales (sous-espèce type) ont des individus plus petits (respectivement 19 et 17 cm ; plus grandes en Corse que dans le Var). En France, Testudo graeca échappĂ©e, est la seule source de confusion, car la Tortue d’Hermann est l’unique espèce de Tortue terrestre du pays. On peut y trouver dans les mĂŞmes conditions la sous-espèce orientale boettgeri.

  • Testudo hermanni hermanni Gmelin, 1789 – Tortue d’Hermann s.str., plus foncĂ©e, avec marques ventrales massives et continues – Depuis l’Espagne Ă  l’ouest de l’Italie, par la France, très localement. Corse, Sardaigne, Sicile, BalĂ©ares.
  • Testudo hermanni boettgeri [A prĂ©ciser] (incl. : hercegovinensis Linnaeus, 1758 et peloponnesica Werner, 1899) – Tortue des Balkans, plus claires avec marques ventrales discontinues – Ce taxon tends Ă  ĂŞtre considĂ©rĂ© comme une bonne espèce. – Depuis l’est de l’Italie et les Balkans Ă  la Turquie d’Europe.

Les populations du Var semblent mĂ©tissĂ©es (hermanni x boettgeri).

PrĂ©sente depuis l’Espagne Ă  la Turquie d’Europe, en passant par la zone mĂ©diterranĂ©enne, selon un rĂ©partition pour partie très morcelĂ©e. La sous-espèce occidentale est en fort dĂ©clin. En France (VU 2015), cette espèce ne se trouve plus que dans le Var (EN 2016, rĂ©gression et dĂ©clin) et en Corse (VU 2017, dĂ©clin). RĂ©introduite dans les annĂ©es 1970 Ă  Port Cros, ne semble pas s’ĂŞtre maintenue. Elle a disparu des PyrĂ©nĂ©es Orientales. Habite l’essentiel des formations vĂ©gĂ©tales mĂ©diterranĂ©ennes, mais plutĂ´t des boisements clairs en Corse, notamment des chĂŞnaies, ou des zones agricoles prairiales. Elle prĂ©fère les habitats collinĂ©ens jusqu’Ă  600 m d’altitude. La maturitĂ© sexuelle intervient vers l’âge de 10-11 ans chez les mâles et 12-13 ans chez les femelles. Les accouplements ont lieu au printemps ou en fin d’Ă©tĂ©, mais peuvent survenir Ă  d’autres pĂ©riodes. Les pontes (deux par ans), trois ou quatre Ĺ“ufs tout au plus, se font principalement vers la fin du printemps. Les jeunes Ă©closent alors en fin Ă©tĂ©, dĂ©but septembre. MalgrĂ© le très faible nombre d’Ĺ“ufs, la mortalitĂ© est Ă©levĂ©e pendant la pĂ©riode d’incubation. L’hibernation a lieu entre mi-novembre et mi-mars. Cette espèce est essentiellement diurne. LongĂ©vitĂ© de 40 ans (100 ans en captivitĂ©). L’espèce est rĂ©gulièrement utilisĂ©e par les terrariophiles et peut s’Ă©chapper çà et lĂ . Seuls des individus pucĂ©s et nĂ©s en captivitĂ© sont autorisĂ©s dans ce domaine.

  • Cheylan M. & al. 2009 – Plan national d’actions en faveur de la Tortue d’Hermann, Testudo hermani hermani. – DREAL. – PDF LINK