29 novembre 2020

Orchidées de France

En préparation… [Introduction…]

©© byncsa – O.Debré – INPN

Anacamptis collina – Orchis des collines – Présente dans le Bassin méditerranéen, cette espèce s’observe jusqu’aux environs de la Caspienne, depuis le Portugal et le Maroc jusqu’en Iran. Ne se trouvait que dans le Var en France d’où elle semble avoir disparu (RE).

Anacamptis coriophora Orchis fétide – Afrique du Nord du Maroc à la Lybie, Europe (surtout centrale) jusqu’en Ukraine, Caucase ou Iran. Elle remontait au nord jusqu’en Belgique d’où elle a disparu. Autrefois dans presque toute la France, Corse comprise [?], l’espèce a disparu de nombreux départements – près d’une vingtaine – essentiellement situés dans le nord du pays. Quasi menacée et en déclin ; autrefois dans presque toute la France, Corse comprise [?], l’espèce a disparu de nombreux départements – près d’une vingtaine – situés dans le nord du pays : dans le Nord, en Normandie, dans le Bassin Parisien, en Lorraine ou en Bourgogne. La sous-espèce martrinii est signalée dans l’est et le centre des Pyrénées. Prés légèrement humides et ensoleillés, non acides, jusqu’à 500 (1200) m d’altitude. Fleurit en mai-juin. – On propose dans quelques cas désormais le genre Anteriorchis et on range le taxon subspécifique « odorant », Anacamptis fragrans, comme une bonne espèce.

Anacamptis fragrans – Orchis odorant – La génétique moderne tend à ranger cette espèce parfois considérée comme une sous-espèce d’Anacamptis coriophora dans le genre Anteriorchis. Sud de la France, remonte ponctuellement dans le Finistère, sinon jusqu’en Charente-Maritime et dans l’Ain. Présente en Corse. On l’observe dans les endroits ensoleillés et secs sur sol calcaire généralement à basse altitude, elle atteint les 600 m. Fleurit en juin.

Anacamptis laxiflora – Orchis à fleurs lâches – La génétique moderne tend à ranger cette espèce dans le genre Paludorchis. Afrique du Nord (Algérie, Tunisie), Europe plutôt méridionale, jusqu’en Belgique (disparue), les îles Anglo-normandes, le sud de l’Allemagne, jusqu’en Anatolie. Isolée en Ukraine, Russie [?]. Essentiel de la France (Vulnérable), Corse comprise. Manque dans le Nord-Est, en Alsace et lacunaire vers le Nord. Assez bien représentée dans la Basse Vallée de la Loire et environs, plus fréquente dans l’Ouest du pays. Prés humides, marécages, bas marais dans des secteurs ensoleillés, sur substrat alcalin à légèrement acide. Présente jusqu’à 1600 m d’altitude. Fleurit de (avril) mai à juillet.

©© bysa – Γιαννης Ζαχαρακης – Wikimedia Commons

Anacamptis morio – Orchis bouffon – Commune dans l’ensemble de la France, Corse comprise. Espèce de divers habitats (acides ou basiques, secs ou détrempés) ensoleillés généralement sous 500 m d’altitude, mais pouvant s’observer jusqu’à 1500 m. Les populations les plus importantes sont sur des milieux acides et humides. Fleurit dès avril en plaine, mais jusqu’en juin en altitude. La sous-espèce picta fleurit précocement dès la fin mars.

Anacamptis palustris – Orchis des marais – Très proche d’Anacamptis laxiflora ; autrefois sous-espèce de cette dernière. La génétique moderne tend à classer cette espèce dans le genre Paludorchis. Éparse en Afrique du Nord, Europe centrale et méridionale, Asie occidentale. Menacée en France, Vulnérable, en déclin : disparue de divers départements notamment dans le nord du pays. Elle est disséminée sur l’essentiel du territoire, Corse comprise. Manque en Auvergne, Bourgogne, Franche Comté. Densément représentée sur le littoral méditerranéen depuis les Bouches-du-Rhône au Roussillon, ainsi que dans l’Isle Crémieu et le Bas Bugey. Marais et prés humides, surtout calcaires ou salés généralement sous 400 (1200) m d’altitude. Fleurit de (mai) juin à juillet.

©© bysa – Orchi – Wikimedia commons
©© byncsa – Cyrille Deliry – Histoires Naturelles

Anacamptis papilionacea – Orchis papillon – Afrique du Nord du Maroc à la Lybie, Europe méditerranéenne. Région méditerranéenne en France, l’espèce a disparu de ses stations septentrionales des Landes, du Rhône et de l’Ain. Notée jusque dans la Drôme et la Loire. Essentiellement dans les départements du littoral méditerranéen, Corse comprise où elle tend à être fréquente de même que sur la Côte d’Azur. Pelouses sèches ensoleillées secs et calcaires à basse altitude. Fleurit d’avril à juin.

©© bysa – Samuel Herrou – France, Corse le 15 mars 2014 – TelaBotanica

Anacamptis pyramidalis – Orchis pyramidal – Commune sur l’ensemble de la France, Corse comprise. Elle se développe dans les endroits ensoleillés ou faiblement ombragés sur sol sec calcaire généralement sous 500 m d’altitude, mais pouvant atteindre les 1650 m. Fleurit de mai à juin en plaine, jusqu’en juillet en altitude.

Cephalanthera damasonium – Céphalanthère pâle – Commune sur l’essentiel de la France, mais tend à manquer sur la façade occidentale. Présente en Corse. On la rencontre dans les bois et les lisières sur sols basiques à neutres jusqu’à 800 (1680) m d’altitude. Elle est assez commune dans les forêts des collines et basses montagnes. Fleurit de mai en plaine à juillet en altitude.

Cephalanthera longifolia – Céphalanthère à longues feuilles – Commune sur l’essentiel de la France, mais tend à manquer dans le nord-ouest notamment en Bretagne et Normandie. Présente en Corse. On la rencontre dans les bois et les lisières sur sol basique jusqu’à 800 (1900) m d’altitude. Fleurit de mai en plaine à juillet en altitude.

Cephalanthera rubra – Céphalanthère rouge – Espèce avec quelques tendances méridionales, manquant dans le nord-ouest et le nord de la France. Présente en Corse. Se trouve dans les bois ou sur les lisières sur sols basiques ou faiblement acides jusqu’à 800 (1900) m d’altitude. Fleurit dès le mois de mai dans le sud, jusqu’à début août en altitude.

Chamorchis alpina – Orchis nain – Ne se trouve que dans les Alpes en France et c’est une espèce Vulnérable, depuis la Haute-Savoie aux Alpes-Maritimes. Elle vit dans les endroits ensoleillés sur calcaire, dans les montagnes entre 1600 et 2700 m d’altitude. Elle accompagne volontiers Dryas octopetala sur les crêtes ventées. Fleurit de fin juillet à début août.

Corallorhiza trifida – Racine de corail – On trouve cette espèce dans le sud-est de la France, depuis les Pyrénées aux Vosges par le Massif Central, les Alpes et le Jura. Elle est connue en Corse. Vit dans les forêts fraîches dans l’humus généralement entre 700 et 2000 m d’altitude. Elle est assez rare. Fleurit de juin à mi juillet.

Dactylorhiza angustata Orchis du Dauphiné – En France c’est une espèce présente dans le sud-est depuis l’Ain et la Haute-Savoie jusqu’aux Alpes de Haute Provence et au Vaucluse. Espèce des milieux ensoleillés présente entre (400) 700 et 2400 m d’altitude. Fleurit de juin à mi juillet.

Dactylorhiza brennensis Orchis de la Brenne – Cette espèce n’est connue que dans l’Indre.

Dactylorhiza elata – Orchis élevé – Cette espèce se trouve essentiellement dans le sud de la France, pays où c’est une espèce Vulnérable. Elle remonte dans la Sarthe et localement en Haute-Marne et côté vallée du Rhône en Ardèche, les Hautes-Alpes et dans la Drôme.

Dactylorhiza fuchsiiOrchis de Fuchs – Ensemble de la France, manque en Corse. Se trouve dans les endroits ensoleillés ou faiblement ombragés, généralement sur substrat alcalin, sec ou un peu humide généralement entre 500 et 1700 (2000) m d’altitude. Assez commune sur les pelouses calcaires des collines. Fleurit selon l’altitude entre mai et juillet.

Dactylorhiza incarnata – Orchis incarnat – L’Orchis incarnat se trouve dans l’ensemble de la France où l’espèce est Vulnérable, manque en Corse. Localisée dans les zones humides où elle est en déclin. Vit dans les endroits ensoleillés et humides sur sols basiques jusqu’à 2200 m d’altitude, mais généralement sous les 600 m. Fleurit assez tardivement de début mai à fin juin. La sous-espèce cruenta ou Orchis rouge sang est parfois considérée comme un bonne espèce. On la trouve en Savoie, rarement en Isère et sur une localité de Haute-Savoie. Elle vit dans les endroits ensoleillés entre 1300 et 2200 m d’altitude. La variété staminea est parfois regardée comme une bonne espèce sous Dactylorhiza ochroleuca ou Orchis jaune pâle. Elle ne se trouve qu’en Haute-Savoie vers 500 m d’altitude.

Dactylorhiza insularis – Orchis de Corse – En France, cette espèce ne se trouve qu’en Corse et dans l’Aude.

Dactylorhiza maculata – Orchis tacheté – Ensemble de la France, Corse comprise. Vit dans les endroits ensoleillés ou faiblement ombragés jusqu’à 1600 m d’altitude. Espèce plutôt commune. Elle fleurit selon l’altitude entre mai et juillet.

Dactylorhiza majalis – Orchis de mai – La sous-espèce alpestris ou Orchis alpestre est parfois considérée commune une bonne espèce. On la trouve en Isère et dans les départements savoyards, rare dans l’Ain et la Drôme et vit en altitude dans les prairies humides ensoleillées. Dactylorhiza majalis se trouve dans l’essentiel de la France, mais elle manque dans une large part de l’ouest du pays, absente de Corse. Elle vit dans les endroits ensoleillés sur sols humides généralement entre 500 et 1700 (2200) m d’altitude.

Dactylorhiza occitanica – Orchis occitan – Cette espèce a été décrite en 1995. Elle était autrefois confondue avec Dactylorhiza incarnata. Présente dans la région méditerranéenne en France (espèce Vulnérable), remontant jusqu’en Ardèche et dans la Drôme. Manque en Corse. Elle vit dans des endroits ensoleillés alcalins et humides, jusqu’à 700 m d’altitude. Fleurit d’avril à mai.

Dactylorhiza parvimajalis – Cette espèce n’est présente en France que dans le Doubs.

Dactylorhiza praetermissa – Orchis négligé – Nord de la France, depuis l’Indre jusqu’au nord du pays.

Dactylorhiza saccifera – Présente en Corse seulement.

Dactylorhiza sambucina – Orchis sureau – En France se trouve depuis les Pyrénées à l’Alsace, par le Massif Central, les Alpes et le Jura. Présente en Corse. C’est une espèce des endroits ensoleillés présente généralement à moyenne altitude et connue entre 400 et 2400 m. Elle est très commune en milieu montagnard. Fleurit de mai à juillet selon l’altitude.

Dactylorhiza sphagnicola – Orchis des Sphaignes – En France l’espèce se trouve dans les Ardennes.

Dactylorhiza traunsteineri – Orchis de Traunsteiner – La sous-espèce lapponica ou Orchis de Laponie est parfois considérée comme une bonne espèce. On la trouve essentiellement en Savoie dans la région Rhône-Alpes, mais elle est aussi connue de l’Isère et la Haute-Savoie. L’Orchis de Traunsteiner se trouve essentiellement dans l’est de la France, ainsi qu’en Bretagne. Manque en Corse. Vit dans les endroits ensoleillés entre 200 et 2500 (?) m d’altitude.

Dactylorhiza traunsteinerioides Orchis des marais occidentale – Parfois considérée comme une sous-espèce de Dactylorhiza majalis. Quasi endémique des îles britanniques, elle déborde localement en France. Taxon méconnu, signalé dans le nord de la France, localement en Bretagne et en Isère, serait aussi dans le Doubs. En général dans les tourbières des pannes dunaires.

Dactylorhiza viridis – Orchis grenouille – Fréquemment rangée dans le genre Coeloglossum. Ensemble de la France, Corse comprise. Elle vit dans les endroits ensoleillés souvent sur substrat humide de la plaine à 2700 m d’altitude. Assez commune en montagne, l’espèce s’est raréfié en plaine. Fleurit en mai en plaine jusqu’à début août en altitude.

Epipactis atrorubens – Epipactis pourpre noirâtre – Essentiel de la France, mais manque dans l’ouest et en Corse. Se trouve sur les éboulis calcaires plus ou moins ensoleillés jusqu’à 2300 m d’altitude. Fleurit de fin juin à mi juillet en plaine, jusqu’à mi août en altitude.

Epipactis distans – Epipactis à feuilles écartées – Sud-est de la France depuis les Pyrénées-orientales au Jura, par le sud du Massif Central et les Alpes. Présente en Corse. S’observe dans les Pinèdes sèches plutôt en altitude entre 700 et 2200 m, descendant vers 350 m dans la Drôme. Fleurit précocement de fin juin à début août.

Epipactis exilis – Epipactis grêle – Cette espèce a été décrite en 2004. Cette espèce très rare en France n’est connue que de quelques stations du Massif Central, du nord du Gard et de Corse. Une station a été découverte dans la Drôme (Saoû) en 2007, unique en Rhône-Alpes. S’observe dans des endroits assez ombragés dans la hêtraie-sapinière à altitude moyenne. Fleurit de mi juillet à début août.

Epipactis fageticola – Epipactis des hêtraies – Présente dans les Pyrénées-Orientales et dans la Vallée du Rhône. Absente de Corse. Vallons humides des hêtraies ou dans les ripisylves, généralement sous 750 m d’altitude.

Epipactis fibri – Epipactis du Castor – Localisée essentiellement dans la région Rhône-Alpes en France. Cette espèce a été décrite en 1995. Elle est rare sur l’essentiel des départements de la région, présente le long du fleuve Rhône. Elle se trouve depuis le Haut Rhône au département du Vaucluse. Vit dans les ripisylves ombragées et inondables sous 200 m d’altitude en général. C’est une espèce qui fleurit très tardivement entre mi juillet et novembre, généralement dans la première moitié du mois d’août.

Epipactis helleborine – Epipactis à larges feuilles – Commune dans l’ensemble de la France, Corse comprise. Se trouve dans des habitats plus ou moins ombragés sur substrats généralement calcaires, jusqu’à environ 2000 m d’altitude. Fleurit de fin juin en plaine à début septembre en altitude. La variété castanearum est plus précoce.

Epipactis kleinii – Epipactis de Klein – En France elle se trouve dans les Pyrénées-Orientales et dans l’Aude.

Epipactis leptochila – Epipactis à labelle étroit – La sous-espèce provincialis ou Epipactis de Provence est parfois regardée comme une bonne espèce. En Rhône-Alpes elle est surtout dans la Drôme et accessoirement en Ardèche. L’Epipactis à labelle étroit est présente essentiellement dans l’est de la France, Pyrénées et localement dans le Massif Central. Elle vit dans les chênaies-charmais entre 350 et 1800 m d’altitude alors dans des hêtraies. Fleurit de juillet à début août. La sous-espèce provincialis fleurit dès la fin du mois de mai.

Epipactis microphylla – Epipactis à petites feuilles – Présente sur l’essentiel de la France, manquant dans le nord-ouest et l’ouest de la France, Corse comprise. Vit dans les forêts sombres de Hêtres ou plus claires de Chênes, parfois sur les lisières en pleine lumière, sur sols calcaires jusqu’à 1800 m d’altitude. Fleurit de mai à juin, voire juillet en altitude.

Ophrys arachnitiformis Ophrys en forme d’Araignée – syn. : Ophrys splendida – Espèce très méridionale depuis la Provence au département du Gard. Milieux ensoleillés de friches sur calcaire jusqu’à 400 m d’altitude en Rhône-Alpes. Fleurit de mars à début avril.

Ophrys araneola – Ophrys petite Araignée – Essentiel de la France, Corse comprise. Espèce des endroits ensoleillés, friches sur calcaires, collines exposées, jusqu’à 1300 m d’altitude. Très rarement en fond de vallée où on découvrira plus volontiers Ophrys occidentalis.

Ophrys fuciflora – Ophrys bourdon

© Yves Dubois – France, Ain en mai 2020

Ophrys incubacea – Ophrys noirâtre – Sud de la France, remontant jusqu’en Corrèze et dans les Alpes de Haute Provence. Présente en Corse.

Ophrys insectifera – Ophrys mouche

© Yves Dubois – France, Ain en mai 2020
©© bysa – Cyrille Deliry – Histoires Naturelles

Ophrys occidentalis – Ophrys de mars – Cette espèce a été décrite en 2002. Sporadique, cette Orchidée est présente localement dans les Pyrénées, le Tarn et en Rhône-Alpes. Ses connaissances sont en progression et il est probable qu’elle soit ailleurs. Elle a des tendances méridionales en Rhône-Alpes : Ardèche, Drôme, Isère, Loire et Rhône, et est en expansion où elle a atteint le département de l’Ain récemment. Vit sur les alluvions du Rhône, des loess dans des endroits ensoleillés ou sous Peupliers noirs généralement sous 300 m d’altitude. Fleurit tôt entre fin février et mi avril.

Ophrys provincialis – Ophrys de Provence – Endémique provençale remontant jusque dans la Drôme, présente en outre dans le Gard. En lisières. Fleurit de fin avril à début mai.

Ophrys saratoi – Ophrys de la Drôme – syn. : Ophrys drumana – Du point de vue systématique saratoi a été décrite en 1893 par Camus, drumana en 1988 par Delforge. On trouve parfois désormais ce taxon comme sous-espèce d’Ophrys bertolonii avec une curieuse conservation du nom drumana qui est postérieur à saratoi. Certains auteurs distinguent drumana plus élancé de saratoi plus ramassé ! La Flora Gallica ne conserve qu’Ophrys saratoi. Endémique de France où elle est protégée : localisée dans les contreforts alpins dans le sud-est du pays. Provence remontant jusque dans la Drôme et même l’Isère. Manque en Corse. Localement abondante dans la Drôme, plus rare en Ardèche et très rare en Isère en stations isolées septentrionales. Se trouve dans des endroits plus ou moins ensoleillés sur calcaire ou marnes jusqu’à 1000 m d’altitude et généralement au-dessus de 250 m : prairies, forêts, sous-bois de Chênes. Fleurit de fin avril à juin. – Illustrations et présentation détaillée

Orchis passionis – Bel Orchis [2020] – Espèce méridionale et atlantique, absente de Corse.

Orchis provincialis – Orchis de Provence – Sud de la France, Corse comprise. Manque dans le sud-ouest. Vit dans des endroits plus ou moins ensoleillés jusqu’à 500 (1300) m d’altitude. Fleurit d’avril à mai.