29 novembre 2020

La Mésange à longue-queue, une espèce à haute diversité

Les trois groupes de sous-espèces de Mésanges à longue queue
©© byncsa – Cyrille Deliry – Histoires Naturelles

La Mésange à longue-queue (Aegithalos caudatus) présente une importante diversité de ses sous-espèces parmi lesquelles on distingue plusieurs groupes : celles à tête blanche (groupe caudatus), celles à tête barrée et corps clair (gr. europaeus) et celles à tête barrée et à corps strié (gr. alpinus). Certains auteurs l’ont récemment dénommé « Orite à longue-queue », voire « Orite longicaudale d’Europe ». Conrad Gesner, un ornithologue du XVIe siècle la nommait « Queue de poêle ».

Répartition des sous-espèces en Europe selon mes recherches menées en 2003
©© byncsa – Cyrille Deliry – Histoires Naturelles

Cet Oiseau minuscule présente une queue très longue puisque cette dernière mesure près des 2/3 de la longueur de l’animal. Il mesure au total jusqu’à 14,5 cm. On le trouve dans toutes l’Europe depuis le nord de la Finlande aux îles méditerranéennes de Sardaigne, de Crète ou de Chypre. Sa répartition s’étend jusqu’à travers l’Asie jusqu’au Japon, la Chine ou la Corée. Si on trouve côté oriental de l’Asie des sous-espèces supplémentaires, le pôle de diversité se trouve depuis l’Europe à l’Iran avec plus d’une douzaine de taxons. Nous en avions fait en 2003 l’inventaire et recherché les caractéristiques dans les ouvrages de l’époque. Il semble que désormais la situation ait été simplifiée et clarifiée par les auteurs, quoique… On note de rares invasions d’individus de la sous-espèce type, d’origine septentrionale, jusqu’en Europe occidentale. Des mouvements de transhumance concernent les populations montagnardes qui descende à plus basse altitude en hiver. Sinon l’espèce est sédentaire dans l’essentiel de son aire de répartition, montrant quelques mouvements d’erratisme local.

shared – © C.& E.Rowe – BTO

La Mésange à longue-queue fréquente les bois, les parcs, les jardins… et pour ainsi dire presque tous les habitats. Elle construit un nid élaboré, de forme ovoïde et haut d’une vingtaine de centimètres formé de mousse, lichens, fibres végétales et morceau d’écorce. L’intérieur est garni de plumes et de poils. Sa construction dure près de 20 jours. Les nichées sont nombreuses car elle concerne entre 6 et 12 jeunes selon deux couvaisons, la première à la fin du printemps et la seconde au début de l’été.

Alors qu’on trouve des phénotypes à tête blanche au sein des populations d’Europe occidentale, la question de la présence d’authentiques Mésanges à longue queue de ce groupe de sous-espèce, notamment A.c.caudatus, a pu se poser lors d’invasions qui se révèlent être tout à fait exceptionnelles dans ce secteur du continent. Ces populations septentrionales atteignent la Finlande et les Pays Baltes, ainsi que l’Europe de l’Est et en très petit nombre l’Europe occidentale. L’Angleterre est fort rarement concernée et on connaît un cas où 200 oiseaux ont été notés aux Pays Bas en décembre 1971. De tels mouvements culminent à la mi-octobre et au moins quelques individus retournent sur leurs territoires d’origine. Ses venues en France sont en conséquence tout à fait exceptionnelles et ne concernent qu’une partie du pays.

shared – © van Bemmelen & al. (2012)

En France, cette espèce est sédentaire, assez commune à commune selon les secteurs. Elle niche et hiverne sur la totalité du pays, Corse comprise où se trouve la sous-espèce A.c.irbii.

L’analyse des cartes rapportées pour la région Rhône-Alpes montre une progression significative de l’espèce entre les années 1960 et les années 2000. Postérieurement l’espèce a encore augmenté dans les Monts du Lyonnais et dans l’Est Lyonnais. Il semble néanmoins que l’espèce ait reculé quelque peu depuis dans quelques districts naturels.

Evolution de la répartition de la Mésange à Longue-queue en Rhône-Alpes et Hautes-Alpes
Les densités sont de plus en plus faible depuis le rouge au jaune
©© byncsa – Cyrille Deliry – Histoires Naturelles

van Bemmelem R.S., Eggenhuizen A.H. & Faveyst W. 2012 – Invasion of White-headed Long-tailed Tits in the Netherlands in 2010-11 : progression, numbers and distribution. – Dutch Birding, 34 : 137-150. – PDF LINK

Photographie d’entête – © Rémi Rufer – Chazey-sur-Ain (Ain) le 26 novembre 2007