30 novembre 2020

Les Cnidaires, des animaux orties

Extrait de l’ouvrage de Ginet & Roux (1990)

Les Cnidaires sont des Métazoaires diplobastiques. On en dénombre plus de 9000 espèces. Les plus anciens fossiles datent du début du Primaire. En effet leur organisme n’est formé que de deux feuillets principaux : ectoderme et endoderme. Ce dernier a une fonction digestive. Entre les deux feuillets se trouve la mésoglée, sorte de gelée où se trouvent de nombreuses cellules circulantes. Ils ne possèdent pas de tête. Leur système nerveux est diffus et ne présente pas de centres spécialisés. Ils partagent l’essentiel de ces caractères avec les Cténaires, mais ils se caractérisent par la présence de cellules originales nommées cnidocystes. Ces cellules possèdent un filament urticant. Ce sont des espèces aquatiques, tant en mer ou en eau douce. Ils sont fixés (benthiques), forme polype ou libre, forme méduse (pélagiques). Leur reproduction asexuée se fait chez le polype qui bourgeonne. Des gamètes permettent la reproduction sexuée qui après fécondation forme une larve ciliée nommé la planula. C’est généralement la méduse qui libère les gamètes.

Les polypes ont une forme de sacs avec une bouche qui sert aussi d’orifice excréteur. Celle-ci s’ouvre sur une cavité gastrovasculaire et est bordée de tentacules urticants. De nombreuses espèces ont un squelette calcifié : ce sont les Coraux.
Les méduses alternent (ou non) au cours du cycle de vie avec les polypes. Elles ont une forme de cloche, l’ombrelle, bordée de tentacules urticants. La bouche est prolongée par une sorte de trompe nommée manubrium. Le système digestif est ici plus complexe avec une bouche, un œsophage, un estomac qui diverge dans des canaux radiaires à fonction digestive. Les méduses ont des yeux rudimentaires à la base des tentacules. L’ombrelle est musclée et permet la nage de l’animal.

Classification simplifiée

  • Anthozoaires : forme polype uniquement. Ce sont des Anémones de mer ou des Coraux.
    • Classe des Octocoralliaires
    • Classe des Hexacoralliaires
    • Classe des Tétracoralliaires
  • Hydrozoaires : forme polype alternant généralement avec la forme méduse dans les deux premiers groupes. Forme méduse seulement dans les deux groupes suivants.
    • Classe des Hydraires (ou Hydroïdes)
      • Ordre des Hydrides : polypes solitaires comme l’Hydre verte vivant dans les eaux douces et n’ayant pas de forme méduse.
      • Ordre des Actinulides : Halammorhydra vermiformis est une Hydre ciliées vivant dans le sable marin. Ce sont des espèces sub-microscopiques psammophiles.
      • Ordre des Leptolides : présence d’une forme méduse, séxuée, parfois rudimentaire et alors appelée gonophores.
        • Sous-ordre des Gymnoblastides : espèces coloniales radicantes.
        • Sous-ordre des Calyptoblastides : espèces coloniales arborescentes.
    • Classe des Hydrocoralliaires – Ils possèdent un squelette calcaire et forment des colonies de forme massive ou arborescente. Ce sont des Coraux et ils organisent leurs populations en récifs.
    • Classe des Siphonophores – Ces animaux sont transparents et gélatineux à aspect de méduses, mais organisés de manière coloniale. Ils mènent une vie planctonique. Leur organisation est complexe car chaque individu de la colonie est spécialisé et hautement modifié en conséquence. La flottaison de la colonie peut être gérée par un pneumatophore ou des cloches natatoires.
    • Classe des Hydroméduses – N’existent que sous la forme méduse, mais ils présentent un stade polypoïde nommé scyphistome.
  • Scyphozoaires : essentiel du cycle sous forme méduse, ce sont les Méduses au sens commun.

Références

  • Grassé P.P. 1987 – Traité de Zoologie. III. – Cnidaires, anthozoaires. – Masson.
  • Tétry A. [2020] – Cnidaires In Enclycopædia Universalis. – ONLINE
  • Turquier Y. [2020] – Siphonophores In Encylopæedia Universalis. – ONLINE
  • Turquier Y. & Tuzet O. [2020] – Hydrozoaires In Encylopæedia Universalis. – ONLINE