2 mars 2021

Les Cnidaires, des animaux orties

Extrait de l’ouvrage de Ginet & Roux (1990)

Les Cnidaires sont des MĂ©tazoaires diplobastiques. On en dĂ©nombre plus de 9000 espèces. Les plus anciens fossiles datent du dĂ©but du Primaire. En effet leur organisme n’est formĂ© que de deux feuillets principaux : ectoderme et endoderme. Ce dernier a une fonction digestive. Entre les deux feuillets se trouve la mĂ©soglĂ©e, sorte de gelĂ©e oĂą se trouvent de nombreuses cellules circulantes. Ils ne possèdent pas de tĂŞte. Leur système nerveux est diffus et ne prĂ©sente pas de centres spĂ©cialisĂ©s. Ils partagent l’essentiel de ces caractères avec les CtĂ©naires, mais ils se caractĂ©risent par la prĂ©sence de cellules originales nommĂ©es cnidocystes. Ces cellules possèdent un filament urticant. Ce sont des espèces aquatiques, tant en mer ou en eau douce. Ils sont fixĂ©s (benthiques), forme polype ou libre, forme mĂ©duse (pĂ©lagiques). Leur reproduction asexuĂ©e se fait chez le polype qui bourgeonne. Des gamètes permettent la reproduction sexuĂ©e qui après fĂ©condation forme une larve ciliĂ©e nommĂ© la planula. C’est gĂ©nĂ©ralement la mĂ©duse qui libère les gamètes.

Les polypes ont une forme de sacs avec une bouche qui sert aussi d’orifice excrĂ©teur. Celle-ci s’ouvre sur une cavitĂ© gastrovasculaire et est bordĂ©e de tentacules urticants. De nombreuses espèces ont un squelette calcifiĂ© : ce sont les Coraux.
Les mĂ©duses alternent (ou non) au cours du cycle de vie avec les polypes. Elles ont une forme de cloche, l’ombrelle, bordĂ©e de tentacules urticants. La bouche est prolongĂ©e par une sorte de trompe nommĂ©e manubrium. Le système digestif est ici plus complexe avec une bouche, un Ĺ“sophage, un estomac qui diverge dans des canaux radiaires Ă  fonction digestive. Les mĂ©duses ont des yeux rudimentaires Ă  la base des tentacules. L’ombrelle est musclĂ©e et permet la nage de l’animal.

Classification simplifiée

  • Anthozoaires : forme polype uniquement. Ce sont des AnĂ©mones de mer ou des Coraux.
    • Classe des Octocoralliaires
    • Classe des Hexacoralliaires
    • Classe des TĂ©tracoralliaires
  • Hydrozoaires : forme polype alternant gĂ©nĂ©ralement avec la forme mĂ©duse dans les deux premiers groupes. Forme mĂ©duse seulement dans les deux groupes suivants.
    • Classe des Hydraires (ou HydroĂŻdes)
      • Ordre des Hydrides : polypes solitaires comme l’Hydre verte vivant dans les eaux douces et n’ayant pas de forme mĂ©duse.
      • Ordre des Actinulides : Halammorhydra vermiformis est une Hydre ciliĂ©es vivant dans le sable marin. Ce sont des espèces sub-microscopiques psammophiles.
      • Ordre des Leptolides : prĂ©sence d’une forme mĂ©duse, sĂ©xuĂ©e, parfois rudimentaire et alors appelĂ©e gonophores.
        • Sous-ordre des Gymnoblastides : espèces coloniales radicantes.
        • Sous-ordre des Calyptoblastides : espèces coloniales arborescentes.
    • Classe des Hydrocoralliaires – Ils possèdent un squelette calcaire et forment des colonies de forme massive ou arborescente. Ce sont des Coraux et ils organisent leurs populations en rĂ©cifs.
    • Classe des Siphonophores – Ces animaux sont transparents et gĂ©latineux Ă  aspect de mĂ©duses, mais organisĂ©s de manière coloniale. Ils mènent une vie planctonique. Leur organisation est complexe car chaque individu de la colonie est spĂ©cialisĂ© et hautement modifiĂ© en consĂ©quence. La flottaison de la colonie peut ĂŞtre gĂ©rĂ©e par un pneumatophore ou des cloches natatoires.
    • Classe des HydromĂ©duses – N’existent que sous la forme mĂ©duse, mais ils prĂ©sentent un stade polypoĂŻde nommĂ© scyphistome.
  • Scyphozoaires : essentiel du cycle sous forme mĂ©duse, ce sont les MĂ©duses au sens commun.

Références

  • GrassĂ© P.P. 1987 – TraitĂ© de Zoologie. III. – Cnidaires, anthozoaires. – Masson.
  • TĂ©try A. [2020] – Cnidaires In Enclycopædia Universalis. – ONLINE
  • Turquier Y. [2020] – Siphonophores In Encylopæedia Universalis. – ONLINE
  • Turquier Y. & Tuzet O. [2020] – Hydrozoaires In Encylopæedia Universalis. – ONLINE