5 décembre 2020

Mantes de France (Mantodes)

Les Mantes entrent dans l’Ordre des Mantodes (Mantodea Burmeister, 1839) connu aussi sous le nom de Mantoptères. On ne connaît dans le Monde que 15 familles, mais plus de 2400 espèces dont l’essentiel appartient à la famille des Mantidés. Elles sont affiliées au Blattes et insectes affines (Blattodea) et rangées dans le Super-ordre des Dictyoptères.

Cette dernière famille ne comprend pas plus de 30 espèces dans le Monde. Il n’existe moins d’une dizaine espèces de Mantes en France, ce qui est une part très marginale de cet Ordre formé d’espèces essentiellement tropicales. Les espèces aiment les endroits chaud et ont, en France, un comportement diurne.

Mante d’Etrurie – Ameles abjecta (Cyrillus, 1787)

© Stéphane Bence – Mandelieu la Napoule (Alpes Maritimes) 17 septembre 2008
Rédécouverte dans les Alpes Maritimes où les mentions sont anciennes

Régions méditerranéennes, Afrique du Nord, Sud-Ouest de l’Asie. Plus rare et moins répandue qu’Ameles decolor dont elle se distingue principalement par la forme des yeux et du pronotum. Jusqu’à 500 m d’altitude. Pelouses et garrigues. Des larves semblent pouvoir être découvertes en hiver, ce qui signifie une éclosion en automne. Adultes entre juin et octobre.

©© byncsa – Cyrille Deliry – Histoires Naturelles

Mante africaine – Ameles africana Bolivar, 1914

Cette espèce semble confondue avec Ameles abjecta avec laquelle une synonymie a été récemment proposée. Elle est réputée présente en Corse, Sardaigne, Sicile, Baléares, ainsi que Portugal, Slovénie et Grèce. Incertaine en Espagne. Adultes entre (mai [?]) juin et juillet (octobre [?]).

Mante décolorée – Ameles decolor (de Charpentier, 1825)

©entomart – Wikimedia commons

Elle vit dans le sud de l’Europe (Espagne, sud de la France, Italie, péninsule balkanique) et en Afrique. Toute la région méditerranéenne. Assez commune en France dans son aire. Découveret en 1996 en Ardèche (ex B.Defaut). Remonte jusqu’à près de 1000 m d’altitude à Comps (26 – Azam in Chopard 1951). Endroits secs et chauds, se trouve à terre ou sur les buissons. Le mâle vole très facilement. Pelouses et garrigues sèches méditerranéennes. Eclosion au printemps. Adultes entre juillet et septembre (octobre). Les pontes de l’espèce sont parasitées par des Hyménoptères (Anastatus ameleophagus et Anastatus picardi).

©© byncsa – Cyrille Deliry – Histoires Naturelles

Empuse appauvrie – Empusa pennata (Thunberg, 1815)

©©bysa – Pseudonyme – Wikimedia commons

Midi de l’Europe. La larve (Diablotin) passe l’hiver et effectue sa dernière mue au printemps. L’adulte vit du printemps au mois de juillet.

© bysa – Cyrille Deliry – Histoires Naturelles

Fausse Mante – Geomantis larvoides Pantel, 1896

Iris oratoria

Mante religieuse – Mantis religiosa [cliquez]

Perlamantis alliberti

Pseudoyersinia brevipennis

Photo d’annonce – ©© byncsa – Rinaldo R. – Flickr – Iris oratoria